Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Retour à la liste

Vestiges d'une motte castrale.

2 Rue de l'Église Toutencourt

L' origine de Toutencourt remonte au XIIème siècle, à l’époque où apparaît là une lignée aristocratique. En ces temps féodaux, une motte castrale est fortifiée sur le site qui domine le village, au sud-ouest. Sur le rebord du plateau, une colline d’une centaine de mètres d’altitude, un château est alors élevé par la volonté des seigneurs de Toutencourt. Ceux-ci dépendent de la châtellenie d’Authie, l’essentiel de leurs revenus provenant du bois voisin, de ses coupes et de ses carrières d’extractions de grès. Ces lieux possèdent une défense naturelle, un fossé orienté nord-ouest sud-est, qui entraîne les eaux de pluie s’écoulant de la butte vers l’Hallue, une rivière affluent de la Somme. Ses abords, le pied de l’édifice, sont ainsi fréquemment inondés.

Au XVIème siècle, une église est construite en deçà de ce fossé, entre la motte féodale et les habitations du village. A cette époque d’ailleurs, l’ancien château n’est plus qu’un souvenir. Il existe bien quelques traces d’aménagement postérieurs, au moment où la Maison de France lutte contre celle des Habsbourg, les Impériaux qui ravagent l’Artois et la Picardie, mais la forteresse, rasée à la fin du XVème siècle suivant les vœux du roi Louis XI, ne sera jamais relevée. Ces temps sont marqués par la lutte entre le roi de France, Louis XI (1461-1483), et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne (1467-1477). Jean de Toutencourt choisit de soutenir ce dernier contre son suzerain. Et, lorsque celui-ci est vaincu, le roi Louis XI fait supplicier son vassal, coupable de félonie. A Amiens, en place publique, Jean de Toutecourt est écartelé, son château démantelé.

Celui-ci a aujourd’hui l’aspect d’une motte castrale arasée, suivant un plan circulaire, d’un diamètre d’environ quarante mètres. Elle est entourée par un fossé, d’une profondeur de huit mètres environ. L’ensemble fait l’objet de fouilles importantes, menées par les équipes d’UnivArchéo, le service d’archéologie préventive de l’Université de Picardie Jules Verne. Celles-ci poursuivent les travaux menés depuis 2009 qui ont permis de mettre à jour des traces de creusement dans le fossé, un glacis d’une douzaine de mètres ainsi que les fondations en pierres d’une courtine. Des bâtiments en pierres, qui remontent au XIVème siècle, ont également été exhumés.

Source : Marc Nadaux. 


Accès aux vestiges derrière l'église. un chemin balisé a été mis en place avec des panneaux signalétiques en 2017. 

Accès libre et gratuit.