Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Retour à la liste

Vestiges d'une motte castral de l'An Mil

Bretoncelles Orne Normandie

Ballade en forêt à la découverte des vestiges d'une motte castrale de l'An Mil. 

Les seigneurs de Nogent ou leurs vassaux ont fait construire cette motte castrale au 11e siècle pour contrôler la rive gauche de l’Huisne.

 « Il s'agit d'une fortification de terre (motte et double basse-cour) au relief remarquablement conservé, mais dépourvue de tout vestige bâti visible et totalement inconnue par les textes. Les structures et les traces d'occupation découvertes ont montré un développement en trois phases principales qui seront évoquées tour à tour après une rapide présentation de la topographie du site de l'entrée qui permettait d'accéder à la basse-cour principale. Dans un cadre immuable (motte et basse-cour érigées à la fin du 11e siècle), les bâtiments ont beaucoup évolué pendant les quatre siècles et demi d'occupation, mais les observations effec­tuées ont permis de repérer des constantes dans la répartition des activités qui semblent liées à la nature du substrat : la cour occupant un espace accolé au rempart au nord-ouest, la résidence et les espaces domestiques se situant au nord-est. »

Construit en bois, le château de Bretoncelles n'a laissé que peu de traces. Seule la motte est repérable dans le paysage. Au 11e siècle, les Normands sont passés maîtres dans l'art de construire des châteaux de bois sur motte. La pierre est encore réservée aux enceintes édifiées par le duc. Ce n'est qu'au siècle suivant que son usage se généralisera. « La construction en bois présente plusieurs avantages, explique Anne-Marie Flambard-Héricher, professeur d'histoire et d'archéologie médiévale à l'université de Rouen et directrice des fouilles sur le site de Bretoncelles. Elle est peu coûteuse et sa technique est parfaitement maîtrisée. De plus, la pierre est de mauvaise qualité dans la région.» Ce type de construction a également le mérite d'être réalisable rapidement. Il suffit de quelques jours pour former la motte : on commence par creuser des fossés, dont on rejette la terre au centre pour former le monticule.

 

Sources et crédits illustrations : 

Extrait de Fonctions et répartition dans l'espace de la basse-cour d'une fortification de frontière : Bretoncelles (Orne), 11-15e s. par A.-M. Flambard Héricher ; Actes du Colloque International de Maynooth (Irland), 23 - 30 août 2002 Peter Ettel, Anne-Marie Flambard Héricher ; Publications du CRAHM, 2004 - 301 pages

http://remparts-de-normandie.eklablog.com/recent/2?noajax&mobile=1