Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Retour à la liste

Sanctuaire gallo-romain et voie.

Margerides Corrèze Nouvelle-Aquitaine

Le sanctuaire antique, proche de la voie romaine, se trouve à 2 kilomètres à l'est du bourg, à droite après le village de Marly, non loin des Quatre-Vents. Trois temples carrés à plan centrés (fanum) sont inclus dans une enceinte et associés à deux bâtiments annexes extérieurs à l’enceinte.

Le fanum principal, bâtiment 1, ouvert à l'est, possède des murs épais de 0,48 m. Le mur externe de la galerie présente un parement construit en petit appareil très régulier alors que tous les autres murs sont parementés en pierres de forme irrégulière. Un enduit, peint de diverses couleurs, recouvrait les murs (rouge, jaune, gris avec des traces de noir, brun, rose, vert et blanc). Des pierres plus importantes, parfaitement taillées, renforçaient les angles. Le sol se composait d'un mortier blanc reposant sur un hérisson de petites pierres. Ce bâtiment mesure 12,80 m de côté pour l'extérieur de la galerie et 7 m pour la cella.
Au nord de ce temple, quatre petits édicules (peut-être cinq) de deux mètres de côté (n° 5, 8, 10 et 11) sont vraisemblablement des autels ou des dépôts d'offrandes. Ce secteur s'est d'ailleurs révélé très riche en mobilier.
Au sud du bâtiment principal et alignés sur sa façade, deux autres fana possèdent des dimensions plus modestes.
Le bâtiment 9, également de plan carré et distant de 1,20 m seulement du fanum principal, comprend une cella de 4,75 m et une galerie de 9 m de côté. Sur la face nord, quatre plots de granite remplacent le mur. Ils devaient servir d'assise à des poteaux de bois qui supportaient la toiture comme semble le confirmer la découverte de demi-cylindres en terre cuite, destinées à habiller les poteaux.
Le bâtiment voisin, n° 12, en partie située sur la propriété voisine n'est que très partiellement dégagé. Une construction centrale de 4 m de côté s'ouvre à l'est. Une galerie, large de 1,40 m, est délimitée, sur le côté occidental par un mur bas et des plots de granit. Comme pour le bâtiment 9, cette disposition évoque la présence de poteaux de bois pour supporter la toiture. Là encore, des demi-cylindres de terre cuite devaient habiller les poteaux de bois. Un coffre de granit orné, placé au centre du bâtiment, reposait sur un socle maçonné au-dessus du sol bétonné. Au-dessous, une fosse rectangulaire de 2,60 m sur 2,40 m contenait les restes d'une canalisation en bois.
Un mur d'enceinte (ou péribole), très sommairement bâti, a été dégagé au nord et à l'est des temples. Sur ce dernier côté, face à l’entrée du fanum  1, s'ouvrait un passage correspondant à un sentier pavé  de débris de tuiles. Au sud-est, un bâtiment rectangulaire (no 4) s'adosse à l'enceinte. Il ne comprend qu'une salle allongée.
Au nord et à l'extérieur du mur d'enceinte, un bâtiment, ou un groupe de bâtiments ( n° 2, 3 et 7) n'a fait l'objet que de sondages limités. La façade nord s'ornait d'une galerie couverte soutenue par des poteaux de bois eux aussi habillés par des éléments de terre cuite.

Partout, les couches inférieures renferment un abondant mobilier de tradition gauloise, en particulier des monnaies et de la céramique. Aucune structure ne peut-être mise en relation avec ces niveaux à l'exception d'une fosse située sous le sol de mortier de chaux du bâtiment 9 qui ne contenait que du mobilier. Le début de cette première phase d'occupation doit dater de la seconde moitié du ier siècle av. J.-C. ou même de la période augustéenne. Elle semble se terminer dans les années 1970-80 de notre ère.
La seconde phase qui correspond aux constructions des temples de pierre peut se situer dans le dernier tiers du ier siècle de notre ère. Le mode de construction des murs ne contredit d'ailleurs pas une telle datation. Cette période paraît s'être prolongée pendant tout le iie siècle et probablement une partie du 3° s. 
Au  siècle doivent se produire des remaniements peut-être limités à un grand entretien. Toujours est-il que la fréquentation des temples se poursuit durant tout le ive siècle et même au début du ve comme le suggère la monnaie la plus récente frappée à l'effigie d'Arcadius (395-408).

 

Sources : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Margerides

Plan : Par Ideus520 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=42688749