Retour à la liste

Station romaine

Sainte-Gemmes-le-Robert Mayenne Pays de la Loire

La station romaine de Rubricaire, premier noyau des agglomérations successives qui s'établirent au pied du mont Rochard, est plus connue par les vestiges qu'elle a laissés que par les textes historiques. Cette station antique, appelée aussi « le château de Rubricaire », est sise commune de Sainte-Gemmes-le-Robert, canton d'Évron (Mayenne), située à 11 kilomètres à vol d'oiseau et en vue de Jublains en Mayenne, chef-lieu des Aulerci Diablintes.

L'établissement de Rubricaire possèdent des dépendances d'origine romaine, voie, habitations disséminées et bains. Ce monument est connu par un texte du 2° siècle de notre ère, recopié au 19 siècle, et transmis, sans altération, par la tradition et le langage populaire.

La station de Rubricaire possédait pour l'usage de la garnison un établissement de bains comprenant les services ordinaires : bains froids, étuve et bains chauds. Ce n'est que vers 1890 qu'ils ont été retrouvés et exhumés. Cet ensevelissement a été cause de leur conservation dans un état qui laisse voir tous les détails de leur aménagement primitif et dans certaines parties la fraîcheur des enduits, la disposition des conduites pour l'eau et la chaleur. C'est seulement en février 1903 que l'abbé Angot les entreprit avec le concours de la Commission historique de la Mayenne et la permission de M. Chapelière, propriétaire du terrain.

Ces Bains sont en dehors de l'enceinte. L'ensemble de la construction a ses deux grands côtés orientés S.-O. N.-E., les angles répondent donc à peu près aux quatre points cardinaux. Elle comprend un bâtiment rectangulaire de 12,50 m sur 6,50 m, auquel est soudé à l'angle ouest une annexe aussi rectangulaire de 4,50 m sur 2 mètres, terminée en abside vers le S.-O.

La construction principale, aussi rectangulaire, comprenait à l'extrémité N.-O. une section de 4,50 m, et était attribuée, en commençant par le N.-E., à une salle de service au niveau du sol, à un vestibule élevé sur fourneau d'hypocauste, puis à l'étuve aussi sur hypocauste dans une abside débordant sur la côtière S.-O. On accédait au vestibule par une porte au N.-O.

L'eau venait du lieu dit aujourd'hui le Châtelier, où elle sourd en dix endroits, à 200 mètres de Rubricaire, et, captée à sa source au lieu d'être livrée à sa pente naturelle, pouvait alimenter le camp aussi bien que les bains.

Accès libre et gratuit. 

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rubricaire