Retour à la liste

Circuit découverte ligne de front

Illfurth Haut-Rhin Grand Est

Le sentier commence à l'église de Burnkirch, avec le toit du bunker et un premier panneau explicatif. Continuez sur le sentier qui monte sur la colline. 

Un excellent guide au format Pdf a été réalisé par la commune  : http://apps.tourisme-alsace.info/photos/altkirch/photos/242011114_d1.pdf

Les combats de 1ère Guerre Mondiale s’abattent dans le Sundgau à partir d’août 1914. En effet les français font sauter le viaduc de Dannemarie et le front se stabilise et s’étend des Vosges à la frontière suisse.

La ligne de front passait à quelques kilomètres d’Illfurth du côté de Heidwiller. Au cours de cette visite, vous découvrirez plusieurs bunkers aux vocations multiples, à la fois dépôt de munitions, poste d’observation ou emplacement de pièces d’artillerie, également l’emplacement d’un deuxième grand canon situé à proximité de l’Eglise de la Burnkirch et plusieurs casemates.

N°1 Chapelle de Burnkirch
Le sanctuaire a d'abord été une chapelle dédiée à Saint-Nicolas puis à Saint-Martin. Elle est au Moyen Âge l'église mère d'Illfurth, de Heidwiller et de Tagolsheim, puis reste jusqu'au XVIIIe siècle l'église paroissiale d'Illfurth. Elle renferme de très intéressantes fresques et diverses pierres tombales anciennes
L'abri d'infanterie de Burnkirch est le seul vestige encore existant de la position de la Burnkirch. on peut voir le toit, il était construit en fouille ouverte en posant des tôles ondulées cintrées servant de coffrage perdu pour y couler du béton armé. La surface habitable était de 15m2, les murs ont une épaisseur de 0,80 m à 1 m, le toit est épais d’environ 1,50 m.
N°2 Emplacement d'un Grand Canon
Les traces de la voie ferrée en forêt ainsi que les travaux de fouille et de terrassement pour la position d’artillerie sont encore visibles de nos jours, lorsque la végétation ne les masque pas complètement.
N°3 Position d'artillerie de Tagolsheim
Il est probable que l’abri bétonné visible aujourd’hui, et dont l’inscription a disparu en grande partie, a été construit en 1916. Sur un radier en béton, des tôles ondulées cintrées avaient été posées pour servir de coffrage perdu pour couler le béton du toit, épais d’environ 1,2m. Un couloir intérieur, large de 1m, communique avec l’extérieur par trois entrées avec chicane. Il dessert les trois pièces de 24m² chacune, soit une capacité maximale de 100 hommes assis. On peut également imaginer un stockage de munitions dans une des pièces. La largeur du couloir offre une circulation facile. L’abri est doté d’aérations haute (air vicié) et basse (air frais) et de conduits de fumée pour tuyaux de poêle. La plate-forme bétonnée attenante à l’abri pouvait recevoir deux des canons de la batterie (à 4 pièces).
N°4 Observatoires d'artillerie de Tagolsheim
Composé de 43 pièces métalliques, dont des plaques d’épaisseur 10 à 40 mm, l’observatoire blindé formait un pentagone ouvert à l’arrière pour l’accès, percé à l’avant par trois créneaux rectangulaires, obturables par des volets coulissants. Boulonné sur un socle de béton épais de 0,50 m, il avait une hauteur totale de 1,80 m. L’intervalle entre les deux couches de tôles d’acier pouvait être rempli soit de béton, soit de sable. Le toit était composé de deux tôles superposées. Le montage de l’observatoire occupait quatre hommes durant deux nuits. L’observateur pouvait s’asseoir sur un strapontin escamotable. L’observation se pratiquait à l’œil nu, à la jumelle ou à l’aide d’une longue-vue binoculaire qui passait par l’ouverture oblongue du toit. L’axe de l’observatoire est de 70° ouest en direction de Schoenholz. Attenant à l’observatoire, un abri pour téléphoniste et pour officier, de 9 m², a été construit en béton. L’occupation de cet ensemble devait être permanente, de jour comme de nuit, avec au moins un officier (ou un sous-officier) observateur et un téléphoniste.
N°5 position de Crête
Légèrement à l’Ouest de la cote 364 du Haulenwald, la limite forêt-champ a peu varié depuis 1916. Cette configuration était extrêmement favorable à l’installation d’armes à tir rapide, les arbres camouflant les mitrailleuses, les surfaces ouvertes présentant un champ de tir idéal.
N°6 Observatoire d'artillerie de Heidwiller
Les deux constructions bétonnées, datant de l’été 1915, occupent la lisière du bois près de la cote 341 du Buckenberg. Il s’agit d’une casemate pour arme et d’un observatoire d’artillerie. Le béton de la casemate est assez grossier, car contenant beaucoup de cailloux. Près de ces deux vestiges sont encore visibles des traces de boyaux d’accès qui permettaient de circuler en sécurité, et plus loin les abris souterrains (aujourd’hui inaccessibles) creusés durant l’hiver 1916-1917.

 

 

Circuit pédestre des vestiges de la 1ère Guerre Mondiale. 6,5 km et 100m de dénivelé pour 2h de marche. Départ depuis l'église de la Burnkirch

Durée :2h

Niveau de difficulté :Tout public

Type d'équipement/lieux d'activités :Circuits pédestre

Matériel nécessaire :Chaussures de marche

Longueur du circuit (en Km) :6,5

Source : https://www.visorando.com/randonnee-circuit-du-haukenwald-premiere-guerre-mo/

 

Entrée libre et gratuite.